Catégorie : Java

Mauvaise nouvelle: fin de RobotVM pour Java

C’est une mauvaise nouvelle dans le mode Java pour ceux qui utilisent RoboVM pour écrire en Java des applications pour IOS. Microsoft a décidé d’arrêter RobotVM pour Java, préférant se focaliser sur C#!
Il vous reste plus qu’à vous faire rembourser et à réfléchir à une solution alternative. Merci Microsoft ;-(

Vous trouverez plus d’informations chez :

 

Voter pour l’implémentation de la future spécification de Java 9 : JEP 286

Je vous convie à aller voter pour l’implémentation d’une future fonctionnalité de Java 9 : « JEP 286: Local-Variable Type Inference ».

Cette spécification définie la possibilités d’utiliser ‘var’ ou ‘let’ ou un autre mot clé pour remplacer le type d’une variable quand ce dernier est explicite.
Par exemple le code suivant :

ArrayList<String> list = new ArrayList<String>();
Stream<String> stream = list.stream();

pourrait être écrit sous la forme :

var list = new ArrayList<String>();
var stream = list.stream();

C’est moins verbeux, et plus simple à lire 😉

Attention, les codes suivants donneraient des erreurs de compilation, car le type est indéterminable (en commentaire j’ai mis le message du compilateur Java) :

var x; // (cannot use 'val' on variable without initializer)
var f = () -> { }; //(lambda expression needs an explicit target-type) 
var g = null; //(variable initializer is 'null')
var c = l(); //(inferred type is non denotable)
var m = this::l;  //(method reference needs an explicit target-type)
var k = { 1 , 2 }; //(array initializer needs an explicit target-type) 

La spécification est sur : http://openjdk.java.net/jeps/286

le vote se passe sur : https://www.surveymonkey.com/r/KGPTHCG

Bon vote …

Réponse à « Faut-il encore adopter Java pour un client lourd ? » sur developpez.net

Dans l’article suivant « Faut-il encore adopter Java pour un client lourd ? » L’auteur semble ne serait ce que par sa question à insinuer que Java n’est plus fait pour créer des applications lourdes à cause sont API pour d’interface graphique vieillissante.

Pour ma part, ayant des clients dans des milieux complètement divers et développant à 80% en Java, je ne peux être d’accord.

Pour faciliter la vie des utilisateurs, je suis régulièrement amené à créer des clients lourds (mot mal choisi, car les applications sont légères au sens des fonctionnalités) en Java Swing et maintenant en Java FX.

Le cas des tablettes et smartphones

De plus l’utilisation des smartphone et tablette si elle c’est généralisé, ne remplace nullement un PC avec sont grand écran (comparer la taille d’affichage d’un écran 22 pouces avec un petit de 6,7,10,12 pouces) sa souris, son espace de stockage sa puissance et son extensibilité …
De ce fait en entreprise l’usage d’un ordinateur est toujours d’actualité et irremplaçable (les petits périphériques, sont bien petits 😉 et les développements pour ces tablettes dans leur intégration dans l’entreprise est minimes.

Une des raisons de ce manque de développement pour les tablettes (hormis les nouveaux services au public) est due à la difficulté de développement pour ces outils ainsi qu’au blocage des éditeurs à qui appartiennent ces systèmes (Apple, Google) :

  • il vous vaut un compte chez eux. Certes pas si onéreux (envieront 150 €), mais à renouveler régulièrement, en anglais et le paiement bien s’il s’adresse à un Français, est facturé à l’étrange dans un pays ou les impôts sont minime (Ca n’aide pas notre économie)
  • Passer par une phase de validation chez eux. Temps à rajouter au développement.
  • Des règles commerciales à accepter (pas le droit de …, prix), et oui vous n’êtes plus le maitre des fonctionnalités.
  • Avoir le bon matériel (un Mac pour Apple). Grosso modo vous payez une grosse licence pour développer …
  • Et par expérience, le développement est pénible. Vous compilez sur un PC/Mac, puis on lance sur un émulateur, ce qui génère des temps d’attentes, d’énervements …

Le cas des ordinateurs (Windows, Linux, Mac)

Les PC (Windows, Linux, Mac …) sont la cible préférée de Java.

Pour les services Web, Java EE est tout désigné. Son problème est qu’il utilise beaucoup de ressources à cause des frameworks. Pour info si vous voulez faire des micros services, je vous conseille de regarder les Servlets purs s(pas besoin d’EJB)

Pour les clients lourds, ce que l’on peut appeler des « Applications » il existe 3 solutions pour faire une interface graphique :

  • AWT : ville API pour créer des interfaces, n’est pratiquement plus utilisé de nos jours. Il faut remonter à Visual Age for Java pour trouver un AGL permettant de créer des interfaces en WYSIGWIG.
  • Swing : API très en vogue dans les années 2002-2012 proposant une multitude de composants. Des outils visuels WYSIGWIG existent pour générer des interfaces graphiques à la main.
  • Java FX : la dernière API d’interface graphique qu’Oracle à implémenter dans Java 7, mais qui prend sont envole dans Java 8. Oracle fournit en standard un outil Visuel WYSIGWIG « Scene builder » (qui s’intègre dans Eclipse) pour les interfaces graphiques.
    Sont adoptions n’est pas si grande dans l’industrie. Car récente, nécessite Java 8 et les développeurs Java FX ne sont pas si nombreux.

Actuellement l’industrie préfère tous misé sur des services Web, car il maitrise mieux l’intégration (une seule machine serveur à gérer, contre plusieurs pour les clients lourds).

Mais dans le cas ou il faut une application à part entière Java FX est très bonne réponse, sinon Swing l’est aussi à défaut.
Java FX permet de créer des applications « client lourdes » complètes et portables (Mac, Windows, Linux) en utilisant le système d’exploitation qui vous plaît !

En conclusion

Chaque cible (PC, tablette) à ses outils bien a lui.

Faire une analogie de Java avec les tablettes est mal choisie, car ce n’est pas sa cible première (même si des solutions existent « Robot VM » pour convertit du code Java FX pour tablettes ) .

Mais par expérience Java FX permet de créer des applications « client lourd » complètes et portables (Mac, Windows, Linux) sans se soucier des spécificités de chaque système.

 

Les nouveautés de la mise à jour d’Eclipse : Mars.2

La fondation Eclipse vient de sortir une mise à jour d’Eclipse : Mars.2.

En plus des corrections de bogues il y a quelques nouveautés.

 

Assistant Java (Quick assist)

  • Ajout ou suppression des parenthèses dans une expression lambda (Ctrl+1)ajout supression parenthèses
  • Ajout de type inférai dans un lambda expression pour rendre explicite le type des paramètres

ajout de types inférré

  • Concertino de l’appelle d’une méthode par référence en lambda expression et vis versa

convertion vers methode référencéconvertion vers lambda

  • Nouveau modèle java try ..finally, lock pour le patterne de programmation concurrente

template java : try lock

  • moteur de recommandations activé par défaut, basé sur des patternes, dans l’assistant de complétion

call-completion-narrow

  • moteur de complétion propose l’instanciation d’objet le plus utilisé

Completion de contructeur

  • moteur de complétion propose la méthode qu’il estime la plus adaptée pour la surcharge de méthode

Surcharge de completion Vérification et Tests

  • amélioration du moteur de détection d’erreur (valeur null, dans boucles)
  • affichage des tests sautés dans la vue JUnit

 

Junit : re-reun tests parenthéses

  • possibilité de relancer des tests regroupés (parenthèses) dans la vue JUnit

Junit : re-reun tests parenthéses

Débogage, console et compilation

  • Débogages: un nouvelle icône et raccourci pour sauter tous les points d’arrêts (Ctrl+Alt+B)

Debogage : sauter tous les points d'arrets

  • Débogage :possibilité d’ajouter un « watchpoint » sur une variable « final » non constante

final watchpoint

  • Console : possibilité d’assigner l’entrée standard « stdin » à un fichier dans la boite de configuration de lancement d’un programme

association fichier à stdin

  • le mode « word wrap » de césure des mots peut être activé sur la console

Console : mode wordwrap

  • une nouvelle option de compilation permet d’afficher ou pas les messages de code inutilisé dans un block try-catch

exception inutilisé

  • Annotations : ajout des annotations @NotNull et @Nullable

Java EE

  • support de servlet Async
  • support de EJB 3.x
  • support pour Apache Tomcat 8
  • génération de Web Service pour Tomcat 8
  • Dans l’éditeur JSP, importation des packages pour les types java irrésolus. Ctrl+Shift+M « Add import » dans le menu source
  • Option pour ignorer les messages d’attribut incorrect sur le validateur des fichiers HTML (ouf !!!!)

ignorer les attibutsquick fix attributte

  • CSS : boite de couleurs sur l’écriture des codes de colleur dans les fichiers CSS

boite de dialogue de choix de couleur (picker color)

C/C++

  • débugger seule comme un package séparé
  • support pour Docker
  • option de formatage du fichier complet si la sélection est vide
  • le parser supporte la directive d’alignement (alignas en C++ et _Alignas en  C)
  • amélioration du déboguer : affichage du code de sortie d’un programme
  • support Arduino C++

PHP

  • amélioration de phpdoc avec la nouvelle directive @method
  • éditeur PHP :  syntaxe colorée des mots clés
  • l’explorer permet de voir une vue hiérarchique de la structure PHP
  • débogueur : mise en surbrillance des variables modifiées  et amélioration du look and feel

Général

  • possibilité d’affecter les paramètres d’Eclipse a tous les espaces de travail Eclipse se trouvant sur votre ordinateur dans Oomph

enregistrement config sur tout les espace de travail Workspace

  • Mise à jour automatique activée par défaut (voir  » Install/Update > Automatic Updates »)

automatic update

  • amélioration des performances de la mise à jour
  • Amélioration du thème « Dark« 

dark theme

  • Amélioration des performances (x3-x4) de la recherche texte sur tout le dépôt (workplace) sur une machine multi-cores
  • bouton impression caché par défaut
  • le mécanisme de rapport d’erreur Eclipse, ne nécessite plus de compte et offusque les données personnelles

Platform

  • la pile Java d’Eclipse est passée par défaut de 512Mo à 1024Mo,et le tas de 40Mo à 256Mo
  • meilleur support de GTK-3
  • package pour MAC OS

Équipe

  • support de git-flow
  • le wizard de projet Git peut importer directement dans le workspace d’Eclipse

Git import

  • les variables Git (git-config) peuvent être utilisées dans les modèles Java

git template

  • Suppression CVS. il peut être ajouté aux travers du « Markplace Eclipse« 

Outils de Build

  • Possibilité d’ajouter l’outil Gradle depuis le « Markplace Eclipse« 
  • support de Maven 3.3.3, amélioration de l’éditeur de fichier pom, de l’auto-update et de l’auto build
  • amélioration du support du connecteur Gerrit (v2.11)
  • Huson/jenkins : possibilité de cacher les build réussis afin de mieux voir les erreurs
  • nouveaux outils pour gérer une image Docker

Docker

Cordova

  • Installer Eclipse Oomph

Source : https://www.eclipse.org/mars/noteworthy/

 

 

 

Un GitHub chez vous : GitBlit

Le gestionnaire de source GitHub est un dépôt Git sur le Web. Pour une société privée, cela pose un problème lorsqu’elle travaille sur des sources confidentielles. Rien ne vous protège contre un accès illégal (un mot de passe ce vole). Le mieux est de l’héberger sur son réseau privé, ou sur ses serveurs.
Le logiceil Open Source Gitblit répond à ce besoin.

Cella fait maintenant quelques années je l’utilise depuis Eclipse et que je l’apprécie.

Gitblit  est une servlet Java de dépôt Git sous licence Apache 2.0 et open source (Java v7 + ).
Il nécessite un serveur de Servlet  v2.5 ou v3 tel que Tomcat v6/7, Jetty v6/7/8, ou autre.
Si vous n’avez pas ce genre de serveur, il existe Gitblit Go un « tout en un » qui contient le serveur de servlet (Jetty) et GitBlit installé pour Window ou  Linux ou OSX

Quelques fonctionnalités de Gitblit :

  • interface Web
  • Localisation dans plusieurs langues, dont l’Anglais, le Français, l’Espagnole, l’Allemand, le Japonais…
  • Dépôt Git (pull,push, RWD+ …)
  • gestion de dépôt
  • des statistiques d’usage
  • gestion de compte
  • recherche plein-TEXT
  • support le connecteur SSL, HTTPS et GIT
  • des plug-ins pour :
    • LDAP
    • Redmin
    • SalesForce
    • authentification Windpws
    • authentification  PAM
  • flux RSS
  • JSON RPC pour intégration
  • une API java RSS/JSON API pour intégration dans vos applications
  • stratégie de sauvegarde et d’agrégation de dépôt GIT

Vous trouverez Gitblit sur :  http://gitblit.com/

Des copies-écrans :

 

Explications sur la nomenclature des mises à jour de Java

Logo Java

Les mises à jour de Java que propose Oracle sont notées  « CPU » ou « PSU ».
Ce qui correspond à une partie du numéro de version. Par exemple dans le numéro suivant « Java SE 7u56 » :

  • « Java SE » est le type de version (ici la version JVM pour tous)
  • 7 est la version de Java, actuellement nous somme en version 8 (le 07/10/2015)
  • 56 est le numéro de la mise à jour de type « PSU » car numéro pair

Les mises à jour « CPU »

Elles correspondent à des rectificatifs de sécurité et sont donc grandement conseillées par Oracle.
Le numéro de version correspondant est toujours impair.
Ces mises à jour sont publiées le mardi le plus proche du 17e jour d’un des mois suivant janvier, avril, juillet et octobre d’après le calendrier Oracle.
En résumé, si Oracle veut sortir une mise à jour de sécurité « CPU » sur une version « 7u56 », ils lui attribueront le numéro « 7u57 ». Si un deuxième rectificatif critique doit sortir, il aura le numéro « 7u59 », s’il y a eu zéro ou au plus 1 mise à jour « PSU ».

les mises à jour « PSU »

Elles  correspondent à des rectificatifs de Bug et sont à mettre à jour que si un des bogues rectifiés impact vos logiciels.
Le numéro de version correspondant est toujours pair.
La liste des modifications se trouve dans la note « release notes »
En résumé, si Oracle veut sortir un rectificatif de bogue « PSU » sur une version « 7u56 », la mise à jour correspondante aura le numéro « 7u58 »

Plus d’informations

Vous trouverez plus de détail sur l’article Oracle suivant :

http://www.oracle.com/technetwork/java/javase/cpu-psu-explained-2331472.html